C’est l’histoire d’un gars superficiel

Je voulais juste que tu saches que depuis que tu m’as dit que je serais plus belle si j’étais plus mince, j’ai perdu 30 livres.

Quand tu m’as dis ça j’en avais déjà perdues 25 : j’ai été légèrement insultée.

Je sais pas si tu t’en souviens mais ce soir-là, quand tu m’as sorti ça sur le divan en L de ma coloc, la tête sur mes genoux, j’étais pas fâchée. La colère a toujours été un sentiment me venant rarement. Quand quelqu’un me fait chier, comme à peu près tout le monde, mon sens de la repartie s’active et les vacheries fusent dans mon esprit, mais je suis pas capable de les formuler à voix haute. Moi, c’est parce qu’après coup, ma conscience démesurée me le fait regretter.

Ma conscience est une entité obèse qui passe son temps à manger des chips au ketchup ben assise sur mon orgueil, et lui il étouffe, impuissant.

Donc, si je t’ai pas traité de tous les noms quand tu m’as dit ça, c’était pas par égard pour toi, mais pour moi : je déteste avoir des remords, pis du même coup je me valorise quand je pense que j’aide les autres, que j’ai bien agi. Je me donne une bonne tape dans le dos et je me convaincs que je suis fine, bonne pis capable.

D’ailleurs, c’est sûrement ta détresse qui m’attirait tant vers toi.

Pour notre première sortie t’avais réservé la place en avant du foyer aux Salons d’Edgar. J’étais bien avec toi à discuter et, plus tard, à t’embrasser jusqu’à ce que tu me parles de ta dernière blonde, un mannequin. Comme si c’était important à savoir pour vraiment te connaître.

En voilà un beau défi, que j’ai pensé. Voilà la chance de me faire confiance : si t’avais voulu me revoir par la suite, j’étais de ton goût. Ça allait de soi.

On s’est revus quelquefois, et tu prenais toujours soin d’intégrer l’importance de l’exercice physique et d’une alimentation équilibrée à nos conversations. Ça ou dater Josée Lavigueur, pareil.

Moi je m’amusais ben qu’trop, ça te tannait, on dirait. Je mangeais du pain, du fromage, pis je buvais du vin en masse. À l’époque j’avalais peut-être la pilule des standards de beauté sociétaux à coup de lampées de blanc, mais au moins, contrairement à toi, j’étais heureuse. Parce que malgré ta forme physique exemplaire, t’aimais pas la vie.

Ça fait que ce soir-là, quand tu as encore fait allusion à mes habitudes soi-disant malsaines si délicatement, je t’ai confié que j’avais peur de maigrir. Mon corps avait déjà encaissé prises et pertes de poids à répétion. Y’était rendu comme décoré d’imperfections de toutes sortes. Tu m’as vite rassurée, tu m’as dit :

« Ben non, c’est pas grave ça. En tous cas, moi je trouve que tu serais plus belle si t’étais plus mince. »

Calmement, je t’ai expliqué en quoi tu venais de me prendre un bout d’amour propre que je retrouverais peut-être pas de sitôt. En quoi tu venais de me briser un peu.

Parce que j’avais peut-être pas la peau sur les os mais j’étais fragile pareil.

Pour que tu comprennes, il a fallu que je te raconte comment, ayant fait pas mal plus d’embonpoint, il s’agissait d’un aspect de moi que l’on n’avait jamais manqué de me rappeler, toujours avec autant de tact que Richard Martineau.

Et sinon, crois-moi, je m’en souvenais par moi-même à peu près 45 fois par jour.

J’en ai profité pour te souligner que t’étais pas tellement mon genre à la base toi non plus. T’es resté comme surpris, je pense même que j’ai entendu tes biceps dégonfler, juste un petit peu.

Tout ça pour te dire que sais-tu quoi? T’avais raison. Je suis plus belle maintenant. En tout cas c’est ca que je ressens quand je sors dans les bars, ou même quand je prends l’autobus, quand je vais à l’épicerie. J’ai cette impression que la perception des autres a changé, ou peut-être est-ce seulement la mienne, qui sait, je dis ça de même.

En tout cas bravo le gros. Je te donne raison à toi, à ton entraîneur, à ton ex mannequin… pis à Josée Lavigueur.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s